La journée de travail

Le temps est un bien rare et il passe vite ! Notre emploi du temps est souvent bien chargé à cause de notre vie professionnelle et personnelle.

La journée de 35 heures

La réforme des 35 heures est une mesure de politique économique française, mise en place par le gouvernement Jospin en 2000, fixant la durée légale du temps de travail à temps plein des salariés à 35 heures par semaine. Les salariés français sont, donc, ceux qui travaillent le moins d’Europe. En revanche les non-salariés travaillent relativement beaucoup.

Pour éviter d’être débordé de travail, il y a des techniques efficaces : établir un plan de travail, tenir un agenda à jour, programmer l’urgent et le secondaire, ranger son bureau, etc.

Deux types de journée de travail sont possibles : travailler à temps plein ou à temps complet ou bien travailler à mi-temps ou à temps partiel.

Les moments de la journée sont :

  • Le matin (nom masculin)
  • (Le/à) midi (nom masculin)
  • L’après-midi (ce nom s’emploie au féminin et au masculin)
  • Le soir (nom masculin)
  • La nuit (nom féminin)

Pour situer une action dans un moment de la journée, en français on dit simplement : le matin, le soir, etc.

Exemples :

Le matin, je travaille.

À midi, je vais au centre de sports.

Le soir, j’étudie.

Les moments de la journée ne sont jamais précédés par la préposition pour.

Évitez, donc, la traduction littérale du catalan ou du castillan, c’est très incorrect :

« Pour le matin », « Pour le soir », « Pour la nuit ».

Une jeune assistante nous parle de son emploi du temps d’une journée ordinaire. Lisez et repérez dans le texte les moments de la journée et les actions :

La journée d'une assistante de direction

« Je m’appelle Monique Dudard et je suis secrétaire dans une entreprise textile. Le matin je me lève très tôt et je pars. Je vais toujours au travail en bus. Ma journée commence : je traite des factures, je contacte des clients et des fournisseurs, je lis et réponds à mon courrier, etc. À midi, je fais une pause-déjeuner d’une heure. Je vais dans un petit restaurant avec mes collègues mais parfois je n’ai pas le temps de déjeuner. Je prends souvent un plateau-repas sur place. L’après-midi j’ai des réunions avec le directeur et je prépare l’agenda. Je finis ma journée et, avant de rentrer à la maison, je fais les courses ou je vais au centre de sports. Le soir, une fois que ma journée de travail est terminée, je me détends. Je lis un bon livre ou j’écoute de la musique. En semaine, je ne sors pas souvent le soir car je suis très fatiguée mais le week-end, je passe beaucoup de temps en famille ou entre amis. »

Taula: Lexique des actions de la journée de travail des métiers de secrétariat (activités de l’assistanat de direction)
commencer/finir aller,entrer/sortir
assister le cadre, le/la directeur,-trice organiser un déplacement, un voyage
gérer son agenda faire le planning de l’emploi du temps
traiter des factures, le courrier lire, rédiger et répondre des courriels
faire l’accueil, contacter des clients prendre un rendez-vous
classer des dossiers ranger son bureau
préparer/avoir une réunion faire le compte-rendu d’une réunion

Les activités quotidiennes : les verbes pronominaux

Les verbes précédés du pronom réfléchi sont des verbes pronominaux, par exemple : se réveiller, se lever, se laver, se doucher, se coiffer, s’habiller, se dépêcher, se reposer, se promener, se coucher, etc. Ce sont des activités quotidiennes qu’on répète jour après jour.

Le verbe pronominal est accompagné d’un pronom réfléchi de la même personne que le sujet.

Le pronom réfléchi se place entre le sujet et le verbe : me (m’), te (t’), se (s’), nous, vous, se (s’).

Observez le tableau suivant :

Taula: Présent de l’indicatif verbe : se lever
Je me lèveNous nous levons
Tu te lèvesVous vous levez
Il/elle se lèveIls/elles se lèvent

Deux catégories de verbes pronominaux sont possibles :

Les verbes pronominaux réfléchis indiquent que le sujet exerce une action sur lui-même.

Révisez le présent de l’indicatif du verbe pronominal s’appeler dans la section 1.

Exemples :

Je m’appelle Michel.

Elle se lève tôt.

Vous vous promenez.

Les verbes pronominaux réciproques indiquent que les sujets exercent l’action les uns sur les autres et réciproquement.

Exemples :

Vous ne vous parlez pas.

Nous nous réunissons.

Ils s’écoutent.

Le présent de l'indicatif des verbes du deuxième groupe

Le deuxième groupe comprend une partie (environ 300 verbes) des verbes terminés en -ir de type régulier, sur le modèle du verbe finir (comme réussir, grossir, maigrir, etc.). Mais attention, comme vous le verrez plus bas, tous les verbes en -ir ne sont pas des verbes du 2e groupe.

Observez attentivement la formation du présent de l’indicatif des verbes réguliers en -ir du 2e groupe :

Taula: Présent de l’indicatif: verbe finir
Je fin-isNous fin-issons
Tu fin-isVous fin-issez
Il / elle fin-itIls / elles fin-issent

Consultez la prononciation du présent de l’indicatif du verbe finir dans la section Annexes.

La caractéristique principale des verbes du 2e groupe est l’ajout du suffixe -iss- entre le radical et la terminaison, aux trois personnes du pluriel. Les terminaisons sont donc les suivantes : -is, -is, -it, -issons, -issez, -issent.

Le présent de l'indicatif des verbes du troisième groupe (1): sortir, prendre et mettre

Le premier (-er) et le deuxième groupe (-ir) comprennent des verbes réguliers.

Le troisième groupe est constitué de verbes qui ont trois terminaisons possibles à l’infinitif : -ir, -oir et -re. On remarque que les verbes du troisième groupe sont plus ou moins irréguliers.

Révisez le Présent de l’indicatif des verbes être et avoir dans la section 1.

Révisez le présent de l’indicatif du verbe aller dans la section 2.

Les verbes avoir, être et aller appartiennent aussi au troisième groupe.

Parmi les verbes qui se terminent en -ir, prenons le verbe sortir comme modèle de conjugaison pour d’autres comme : partir, dormir et servir.

Ces verbes perdent la consonne du radical qui précède la terminaison -ir aux personnes du singulier.

Observez attentivement la formation du présent de l’indicatif du verbe modèle du 3e groupe sortir:

Taula: Présent de l’indicatif : verbe sortir
Je sorsNous sortons
Tu sorsVous sortez
Il / elle sortIls / elles sortent

Pratiquez la prononciation du présent de l’indicatif des verbes : sortir, prendre et mettre dans la section Annexes.

Les verbes terminés en -re sont très nombreux et se divisent en plusieurs sous-familles : les verbes en -endre, comme attendre et les verbes en -ttre, comme mettre.

Observez attentivement la formation du présent de l’indicatif des verbes modèles du 3e groupe attendre et mettre :

Taula: Présent de l’indicatif : verbe prendre
Je prendsNous prenons
Tu prendsVous prenez
Il / elle prendIls / elles prennent
Taula: Présent de l’indicatif : verbe mettre
Je metsNous mettons
Tu metsVous mettez
Il / elle metIls / elles mettent

Se conjuguent sur le modèle de prendre des verbes comme : attendre, entendre, vendre, descendre, répondre, rendre, perdre, etc.

Se conjuguent comme mettre des verbes comme : permettre, remettre, etc.

Les habitudes : les adverbes de fréquence

Pour parler de ses habitudes et de son rythme de vie, on emploie les adverbes de fréquence.

Lisez le texte suivant et repérez-y les adverbes de fréquence :

Les habitudes d'un assistant administratif

« Le matin, je suis toujours devant mon ordinateur. Tous les jours, j’ai une réunion avec le directeur pour organiser l’agenda. Je contacte souvent des clients. J’ai habituellement une heure pour déjeuner. Parfois, quand je suis trop occupé, je mange un sandwich sur place. Après le travail, je vais en cours d’allemand dans une école de langues deux fois par semaine . J’emporte rarement du travail chez moi. Pendant la semaine, je ne sors jamais. Quelquefois, je pars en week-end; j’aime faire des randonnées en montagne. »

Les adverbes de fréquence sont :

  • jamais
  • rarement
  • parfois
  • quelquefois
  • souvent
  • habituellement
  • toujours

Les adverbes de fréquence sont placés après le verbe. Mais l’adverbe parfois est souvent placé au début de la phrase.

Exemples :

Il mange souvent avec des collègues sur place.

Parfois, il va au restaurant.

Révisez la formation de la phrase négative dans la section 1.

La négation d’une phrase simple se forme avec la particule ne placée après le sujet et d’un adverbe de négation après le verbe. L’adverbe jamais est négatif et dans ce cas la phrase négative est constituée de ne + verbe + jamais, sans pas.

Exemples :

Je ne parle jamais de travail.

Elle ne sort jamais.

L'heure

Pour demander l’heure, c’est très simple : Quelle heure est-il ?

C’est une formule pratiquement invariable; on peut y ajouter les formules de politesse, bien sûr.

La réponse n’est pas très compliquée non plus, elle est introduite par il est.

Consultez le tableau suivant :

Taula: Les heures et les minutes
8:00Il est 8 heures
8:05Il est 8 heures cinq
8:10Il est 8 heures dix
8:15Il est 8 heures et quart
8.20Il est 8 heures vingt
8:25Il est 8 he ures vingt-cinq
8:30Il est 8 heures et demie
8:35Il est 9 heures moins vingt-cinq
8:45Il est 9 heures moins le quart
8:55Il est 9 heures moins cinq

Pratiquez la prononciation de l’heure dans la section Annexes.

Voici quelques observations importantes :

  • Pour dire l’heure le verbe est toujours il est…
  • Vous remarquerez que l’on dit et que l’on écrit toujours le mot heure mais pas le mot minute qui reste implicite.
  • La conjonction et s’utilise seulement pour …et quart, …et demie.
  • A partir de et demie on décompte de l’heure suivante comme dans la majorité des langues, avec l’adverbe moins.
  • Quand il est 12 heures, on dit midi et quand il est 0 heures, on dit minuit.

L'heure officielle et l'heure courante

Si on veut être très précis on utilise alors le système exclusivement numérique, plutôt réservé au langage administratif et officiel, comme par exemple l’horaire de départ et d’arrivée de trains ou d’avions.

Exemples :

18h15 : on dit → dix-huit heures quinze.

9h30 : on dit → neuf heures trente.

12h24 : on dit → douze heures vingt-quatre.

0h48 : on dit → zéro heure quarante-huit.

Si on interroge quelqu’un sur l’horaire, la question commence alors par à quelle heure + sujet + verbe ; et dans la réponse, l’heure est introduite par la préposition à ou la préposition vers si on donne une heure approximative.

Exemples :

À quelle heure souhaitez-vous venir ? À midi et demi, s’il vous plaît.

À quelle heure désirez-vous partir ? À 7 heures et demie s’il vous plait.

À quelle heure se termine la réunion ? Vers 11 heures, je pense.

Pour indiquer le moment de la journée, on dit : le matin, l’après-midi, le soir avec éventuellement les adverbes tôt, tard et pour indiquer la durée on dit : dans la journée, au cours de la matinée, dans la soirée.

Exemples :

Elle se lève tôt le matin, avant 6 heures.

Au cours de la matinée, elle boit plusieurs cafés.

Les programmes intéressants sont toujours tard dans la soirée.

Les jours de la semaine, les mois et les dates

Pour la prise de rendez-vous et pour gérer son agenda, il faut maîtriser les jours de la semaine, les dates et les mois.

Lisez le dialogue :

Dialogue

— Quel jour sommes-nous ?

— Aujourd’hui, nous sommes le lundi 19 janvier 2018.

— Lundi, la pire journée de la semaine !

— Oui, tu as raison. Moi aussi, je déteste le lundi !

— En revanche, j’adore les vendredis. Vendredi prochain je pars en week-end à Rome !

Consultez les tableaux suivants :

Taula: Les jours de la semaine et les mois
Les jours de la semaine Les mois
lundi janvier, février
mardi mars, avril,
mercredi mai, juin
jeudi juillet, août
vendredi septembre, octobre
samedi ↓ le week-end novembre, décembre
dimanche ↑
(*) Le week-end

Pratiquez la prononciation des jours de la semaine et des mois dans la section Annexes.

Taula: Exprimer la date
Pour poser la questionPour dire et écrire la date
Quel jour sommes-nous ? Aujourd’hui, c’est vendredi.
Quelle est la date de…? C’est le 1er décembre.
On est quel jour aujourd’hui ? C’est le 15 octobre.
C’est quand, l’examen ? C’est samedi prochain, le 26 juin.

La date est écrite dans l’ordre suivant : article défini (le) + jour + mois + année, sans virgule pour séparer chaque terme.

Notez que l’article défini le précède le numéro du jour et qu’il n’y a pas de préposition de entre le jour et le mois ni avant l’an.

D’autre part, le mois n’est pas écrit avec une lettre majuscule au début.

Exemples :

Le 14 juillet 1789.

Le 28 février 2020.

Les jours ouvrables, les jours fériés et les congés

Pendant l’année il y a des jours ouvrables et aussi des jours fériés (le 1er janvier, le 1er mai, etc.) durant lesquels on ne travaille pas.

D’autre part, un jour de congé ou un congé est un jour où on a la permission de s’absenter du travail (plusieurs expressions sont possibles : être en congé maladie, être en congé de maternité ou paternité, prendre quelques jours de congé).

Exemples :

Michel prendra quelques jours de congé la semaine prochaine.

En France, les pères peuvent bénéficier d’un congé de paternité de 11 jours consécutifs.

Marie a des problèmes de santé, elle est en congé maladie.

Prendre rendez-vous

Fixer un rendez-vous, c’est convenir de rencontrer quelqu’un en un lieu et à un moment déterminés. La prise de rendez-vous est une action habituelle.

Lisez la conversation téléphonique entre l’assistant d’un service d’achats et un fournisseur :

La prise de rendez-vous

— Le fournisseur : Allô ? Bonjour, Monsieur. C’est Monsieur Lebon. Je vous appelle comme convenu pour fixer un rendez-vous avec vous, s’il vous plaît.

— L’assistant : Un instant… Oui…, mercredi prochain. Ça vous conviendrait ?

— Le fournisseur : Non, désolé, mercredi je ne suis pas libre. Et vendredi, c’est possible ?

— L’assistant : Oui, d’accord. Pouvez-vous venir vendredi à midi ?

— Le fournisseur : Oui, c’est parfait.

— L’assistant : C’est noté. À vendredi, alors.

— Le fournisseur : Merci, monsieur. Au revoir.

Consultez le tableau suivant pour connaître les formules et les expressions pour demander, accorder ou refuser un rendez-vous :

Taula: Les rendez-vous
Demander un rendez-vousProposerRefuserConfirmer
Je voudrais un rendez-vous avec…Est-ce que ça vous convient ?Désolé/-e, je ne peux pas.D’accord, c’est parfait.
Je souhaite prendre rendez-vous avec… Est-ce que ça vous arrangerait ?Non, désolé/-e, mercredi je ne suis pas libre D’accord, c’est noté.
J’ai rendez-vous avec…Mercredi matin, c’est possible ?
Pouvez-vous venir…?

Les pronoms toniques (2)

Voici les formes des pronoms toniques :

Révisez le pronom tonique dans la section 1.

Taula: Pronoms toniques (2)
moitoilui, elle
nousvouseux, elles

Plusieurs structures sont possibles. On utilise les pronoms toniques dans les cas suivants :

  • Pour renforcer un pronom sujet : Vous, vous travaillez à temps plein mais moi, je travaille à mi-temps.
  • Avec le présentatif c’est: C’est vous, Monsieur Lambert ? Oui, c’est moi.
  • Après une préposition (avec, de, pour, à,…) : J’ai rendez-vous avec vous / avec eux / avec elles.

Le courriel (1)

Aujourd’hui le courrier électronique est le mode de communication le plus utilisé dans le monde du travail.

Le terme " courriel "

Courriel : c’est un mot créé à partir des mots courrier et électronique. Utilisez de préférence le terme “courriel”.

Mél : c’est un abbréviation, pas un nom. Évitez l’usage du terme “mél”.

Le vocabulaire français pour désigner le courrier électronique est varié. On peut utiliser trois mots :

  • courriel
  • courrier électronique
  • mail

Le courriel est un texte bref avec une structure qui contient les éléments suivants :

  • Expéditeur (champ De)
  • Destinataire (champ À)
  • Copie à (champ Cc)
  • Copie masquée (champ Cci)
  • Objet
  • Message
    • Une formule de salutation ou d’appel
    • Le corps du message
    • Une formule de salutation
    • La signature
  • Pièces jointes : ce sont les fichiers externes que l’on rattache éventuellement au message.

Observez attentivement le courriel suivant. Identifiez les éléments et la structure :

Figura Le courriel

Un peu d'orthographe : les accents

L’orthographe du français a mauvaise réputation car elle est considérée difficile, mais la réflexion sur la grammaire et surtout la lecture peuvent vous aider à améliorer la pratique de l’expression écrite. Voici quelques remarques à propos de l’accentuation.

Le français possède plusieurs accents graphiques :

L’accent aigu (´) porte seulement sur le e et sert à prononcer le e fermé [e].

Exemples : secrétariat, année, téléphone, fatigué, etc.

L’accent grave (`) peut porter sur le e, le a et le u. Sur le e, l’accent grave sert à prononcer le e ouvert [ε].

Exemples : accès, très, Michèle, règle, etc.

Sur le a et le u, l’accent grave permet de distinguer des homophones, c’est-à-dire, des mots qui ont la même prononciation mais des significations différentes.

Exemples :

a (verbe avoir : Anne a un problème. / Il y a une table.) / à (préposition : Je vais à Paris.).

la (article défini : la table) / (adverbe de lieu : le livre est là.).

ou (conjonction : tu préfères du café ou du thé ?) / (adverbe interrogatif ou pronom relatif : où est-ce que tu vas ?).

L’accent circonflexe (^) marque la suppression d’une consonne s qui existait en ancien français et qui a disparu (voici une astuce ! ce s existe encore souvent en catalan ou castillan).

Exemples :

être (catalan : estar) hôtel (catalan : hostal), tâche (catalan : tasca), fenêtre (catalan : finestra), île (castillan : isla).

Le tréma (¨) sert à marquer qu’une voyelle doit être prononcée séparément de la voyelle suivante.

Exemples : naïf, naïve, maïs, Israël, Noël, Loïc, inouï.

L’accentuation des majuscules est conseillée parce qu’elle permet une lecture plus précise et évite l’ambiguïté entre des mots semblables.

Anar a la pàgina anterior:
Annexes
Anar a la pàgina següent:
Activités